Les patorns

Les patorns

Les patorns

+22508929243
zouglou

Il y a de cela  plus de douze ans ( 12 ans ) naissait une relation entre un groupe de jeune gens portants des pseudonymes : Petit patron ; Clem’so ; Vino ; Dodo la joie ; Danda ;Guyzo ; Francky ; Papichou ; Marck ; Diégo et autre…… environ 13 à 15 personnes, ils décident de se mettre ensemble pour former un groupe qu’ils baptisent ; les bébés gazeurs.leurs visions communes ont toujours été de sortir un album discographique et surtout être la coqueluche de la musique ivoirienne et internationale.

Venus d’horizons divers (Marcory et Koumassi), ils se sont retrouvés avec d’autres jeunes aux seins d’un groupe d’ambiance facile communément appelé Wôyô.formés sur le tas, dans leurs quartiers d’origine aux secrets de la musique Zouglou, nos jeunes gens se distinguent dans l’art de l’ambiance facile. A travers baptêmes, funérailles, anniversaires, et tournois de football inter-quartier, ils font montre d’’un talent fou. Ils démontrent qu’ils détiennent la magie de la chanson, du tam-tam, du grelot et de la kaskagette… des sources de plaisir musical intense. A cette époque déjà, en les écoutant chanter, on était émerveillé, on se sentait transporté sur la scène dépeinte par le son mélodieux de leur voix.


Petit à petit, nos jeunes garçons deviennent un groupe soudé. Après plusieurs séances de répétition, et surtout conscients de leur talent, nos jeunes gens décident de restreindre le cercle d’amis pour mieux arpenter le milieu du show business ; Seulement quatre sont retenus, le groupe qui sort du bois sacré est baptisé les Patrons. Dès leur apparition, la dénomination crée une polémique dans le milieu du Zouglou car ce groupe n’avait aucun background et pourtant, loin de se voir déjà comme des patrons dormir sur leurs lauriers, le groupe a trouvé en ce patronyme une source de motivation pour se hisser au sommet des charts.

Dans le milieu Zouglou, ils ont des modèles et ils reconnaissent également le talent de certains devanciers qui ont fait leur preuve mais n’entendent pas faire du déjà vu, bien au contraire ils veulent imposer leur label. C’est –à-dire qu’à l’instar de Magic système, les garagistes, ainsi que des individualités comme Soum bill, Dézy champion etc. Eux ils veulent un style propre à eux . C’est pourquoi, ils resteront pendant cinq ans dans l’ombre. Cinq ans pour travailler dur parce qu’ on ne fini jamais d’apprendre soutiennent-ils. Leur style à eux, c’est le Zouglou soft et réfléchi chanté en langues du terroir comme le Dioula, le bété, le bakoué, baoulé et en français.

Avec une maquette d’album sous le bras qu’ils continuent de peaufiner, les patrons cherchent des partenaires dignes de ce nom pour tenter de réaliser leur rêve. Début 2002, ils rencontrent M .Guy Richmond Zaly qui peu après est devenu leur manager. Un manager qui promet aider à trouver un producteur. Six mois tard la promesse est réalisée. M. George, après audition accepte de faire entrer les patrons en studio précisément à la du 6 octobre 2002. C’est le début de la réalisation du rêve des quatre jeunes loups.

Le debut de la gloire…

Dans un esprit familial fait de confiance, de gaieté, et de rigueur et sous la maestria très-très fort David Tayaurault, les Patrons enregistrent 8 titres que sont :Triste destin, Neigre-noir, Doubeï, Politichiens, Désillusion, Handicapé, Pandémie foutaise et Saya. Réclamés concomitamment par plusieurs maisons de distribution, les jeunes talents finissent par confier le dispache à CID (canal ivoir distribution). L’album jugé de très belle et bonne facture par les spécialistes cartonne grave. Les jeunes gens deviennent très vite des figures incontournables du zouglou. Leurs chansons sont reprises partout par les moins jeunes, jeunes, et les personnes âgées. L’opus sorti le 20 décembre 2002 caracole à la tête du hit parade des meilleurs artistes du moment pendant plus de huit mois. Plus de 200 milles exemplaires sont écoulés sur le marché du disque ivoirien. Réclamés et choyés partout, ils entament une tournée dans la sous-région. Classés 11ème au classement des 20 meilleurs artistes et groupes d’artistes des albums (toutes tendances confondues) dans la période de 1999 à 2002, les patrons ont placé la barre à une hauteur maximale. Ils se voient par la suite attribuer le titre de Révélation zouglou 2002 et reçoivent successivement la même année le prix meilleur groupe espoir du zouglou, le diplôme du mérite chez CID ainsi que le trophée BURIDA (bureau ivoirien du droit d’auteur).







Nos partenaires

  • Edi Presse
  • UNIVERSAL MUSIC AFRICA
  • SONY MUSIC
  • UNICEF Côte d'Ivoire
  • FNAC
  • TOTAL